Forum ALGERIE

Espace d'échanges entre algériens et amoureux de l'Algérie
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Les types d'appareils : compact, reflex et bridge

Aller en bas 
AuteurMessage
Administrateur
Admin
avatar

Nombre de messages : 230
Date d'inscription : 03/08/2008

MessageSujet: Les types d'appareils : compact, reflex et bridge   Dim 28 Sep - 17:26

Avant tout autre chose il convient de définir brièvement trois catégories d'appareils numériques.

1 - La catégorie de loin la plus vendue est celle des compacts, appareils grand public par excellence. On y trouve le meilleur et le pire en terme de qualité des objectifs ou de qualité de l'image électronique. On appelle généralement « bijoux » les compacts extra-plats qui peuvent se glisser sans problème dans la poche.

Un exemple de compact bijou, objectif sorti
Remarquer la faible épaisseur de l'appareil - Avec l'objectif rentré il est extra-plat © : Pentax


Ce type d'appareil dérive des appareils argentiques du même type sauf que la technologie numérique a permis d'en réduire encore la taille puisqu'on n'est plus contraint par la nécessité de loger dans le boîtier une cartouche de film de format 35 mm. Nous verrons aussi qu'il a été possible d'utiliser des objectifs plus compacts. Ces appareils sont dotés au dos d'un écran LCD qui sert de viseur et qui permet également de visionner les photographies déjà prises. Ils peuvent en outre être dotés ou non d'un viseur optique plus classique. Ils comportent un obturateur « central » incorporé dans l'objectif. Mais contrairement aux compacts argentiques, cet obturateur reste constamment ouvert afin de permettre de visualiser l'image visée en continu sur l'écran LCD. Il n'intervient brièvement qu'au moment de l'exposition proprement dite.
2 - Autre type dérivé de la photographie traditionnelle, le reflex. Fondamentalement c'est un boîtier sur lequel on peut fixer un large éventail d'objectifs couvrant les besoins (et aussi les budgets) les plus variés. L'image formée par l'objectif est interceptée par un miroir incliné à 45° qui la projette sur un verre dépoli horizontal situé en haut de la chambre d'exposition. Ce verre dépoli est surmonté par un pentaprisme (ou un pentamiroir dans certains modèles d'entrée de gamme) qui renvoie l'image vers l'oeil après l'avoir redressée. Le dépoli est vu à travers une optique qui joue le rôle d'une loupe pour agrandir l'image.
L'ensemble verre dépoli, pentaprisme et optique forme le viseur. Par convention, pour un reflex 24x36 on dit que le viseur a un rapport d'agrandissement de 1 si l'image formée par un objectif de 50 mm de focale a la même dimension angulaire que la scène vue avec l'oeil. En effet on considère que pour ce format une focale de 50 mm fournit un rendu de la perspective proche de celui de l'oeil. En raison de la taille réduite de la plupart des capteurs numériques il est très difficile d'atteindre ce rapport de 1 sur les reflex numériques. Au moment de la prise de vue le miroir s'escamote vers le haut pour que l'image se forme sur la surface sensible (film pour les modèles argentiques, capteur pour les modèles numériques) puis revient à sa position initiale.
Dans un reflex l'écran LCD ne sert pas de viseur mais est utilisé uniquement pour la visualisation a posteriori des images prises. Toutefois 2007 voit apparaître quelques rares reflex pouvant afficher également l'image en temps réel sur l'écran LCD. En raison de la technologie propre à ce type d'appareil ce mode subit diverses contraintes qui font que son utilisation n'est à recommander que dans quelques cas particuliers où la visée classique serait inconfortable ou impossible (par exemple pour éviter de s'allonger par terre en prenant une petite fleur en macrophotographie, ou lorsqu'il est nécessaire de tendre l'appareil à bout de bras pour avoir un angle de prise de vue favorable).
L'obturateur est de type plan-focal, anciennement appelé obturateur à rideau. Dans sa forme initiale il était en effet formé de deux rideaux de tissu opaque. Prenons l'exemple d'un temps de pose de 1/60ème de seconde. Le premier rideau, tendu devant le film, démasque celui-ci lors de l'appui sur le déclencheur en se déplaçant horizontalement à grande vitesse. Puis 1/60ème de seconde plus tard le deuxième rideau démarre pour masquer à son tour le film. Bien entendu pour des temps de pose nettement plus courts le deuxième rideau démarre avant que le premier ait fini son déplacement de telle sorte que la surface sensible est balayée par une fente d'autant plus étroite que le temps de pose est plus bref. Lors du réarmement de l'obturateur les deux rideaux sont ramenés simultanément à leur position initiale, sans laisser passer la lumière.
Diverses évolutions ont amélioré ce mécanisme de base, en y substituant un mouvement vertical (plus rapide puisque devant balayer une largeur moindre) et en remplaçant les anciens rideaux de tissu opaque par des volets métalliques ou plastiques très légers. Il est actuellement possible d'atteindre couramment le 1/4000ème de seconde, voire le 1/8000ème sur certains appareils. Une restriction de ce type d'obturateur est qu'il n'est possible d'utiliser le flash que pour les vitesses où la totalité de la surface sensible est découverte car l'éclair d'un flash est extrêmement bref. Avec les anciens obturateurs la vitesse d'obturation ne pouvait pas dépasser 1/60ème de seconde. Avec les modèles actuels cette vitesse (appelée vitesse de synchro-flash ou synchro-X) varie de 1/125ème à 1/250ème de seconde. Plus cette vitesse est brève, plus l'obturateur est performant.
En raison de la complexité du mécanisme permettant un fonctionnement synchrone des deux rideaux ainsi que de celui permettant l'escamotage rapide du miroir, les reflex sont des merveilles de mécanique.
Il faut signaler que les boîtiers d'entrée ou de milieu de gamme sont généralement vendus déjà équipés avec un zoom « passe-partout » de qualité assez moyenne (même pour des marques réputées), voire médiocre, afin d'afficher un prix acceptable. Il vaut beaucoup mieux acheter séparément le boîtier et l'objectif, quitte à prendre un boîtier plus modeste et un bon objectif. Mais on comprend là que ce type de matériel est à réserver aux amateurs avertis capables de trouver et comprendre les informations techniques indispensables pour faire ce choix.
3 - Troisième type d'appareil, les bridges, nommés ainsi parce qu'ils font le pont entre les compacts et les reflex. C'est une catégorie intermédiaire sur le plan de la qualité de l'optique, de la résolution et des possibilités de réglages. Leur boîtier est plus encombrant que celui des compacts et leur taille se rapproche de celle des reflex.
Leur objectif est lui aussi plus encombrant, ce qui est nécessaire pour offrir une bonne qualité optique et une bonne luminosité. Il s'agit généralement d'un zoom de forte amplitude (facteur de zoom de l'ordre de 1 à 10, contrairement aux compacts où il est habituellement de l'ordre de 1 à 3). Cet objectif n'est pas interchangeable contrairement à celui des reflex.

Un exemple de bridge : Olympus SP-550
Remarquez les dimensions de l'objectif, comparé à celui d'un compact


Comme les compacts, les bridges sont dotés de l'affichage en temps réel de l'image sur un écran LCD situé au dos de l'appareil, dispositif apprécié par les amateurs. Dans certains modèles l'écran peut même être orientable.
Le choix d'un bridge ne garantit pas forcément une meilleure qualité d'image qu'un compact. Certains modèles ont même des résultats plus médiocres que ceux d'un bon compact. Mais si l'on prend la peine de lire des critiques impartiales qu'on peut trouver dans des revues ou des sites web spécialisés, ou encore dans les dossiers établis par certains grands revendeurs, il est possible d'acquérir un appareil de qualité. Ce type de modèle est donc à conseiller à tous ceux qui veulent faire plus que ce que peut offrir un compact, sans affronter la complexité... et le prix d'un reflex.
Notons aussi que la plupart des modèles de compacts et de bridges permettent de faire de courtes vidéos, contrairement aux reflex.
Il faut signaler qu'un défaut classique dans les appareils numériques (sauf les reflex) est le délai non négligeable séparant l'appui sur le déclencheur de la prise de la photo. Pour les sujets en mouvement (par exemple les enfants photographiés à l'improviste) cet inconvénient peut conduire à des résultats catastrophiques. Cela peut constituer un critère permettant de départager deux appareils, d'autant qu'il est facile à contrôler.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://algerie-dz.forumactif.org
Douceur

avatar

Nombre de messages : 640
Localisation : FRANCE (Paris)
Date d'inscription : 04/08/2008

MessageSujet: Re: Les types d'appareils : compact, reflex et bridge   Lun 29 Sep - 19:43

J'aime bien travailler avec des anciens je suis démodée pour ça Laughing
L'inconvénient c'est le tirage mais j'aime bien quand même

Et ça ne m'empêche pas de prendre des photos avec un numérique (compact) good
Et là je peux m'amuser sur mon pc et les montrer rapidement à tout le monde Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Les types d'appareils : compact, reflex et bridge
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Du bridge au Reflex...
» Un reflex ? pourquoi ?
» Réflex - bridge
» Léger, compact, le boitier du futur ?
» Types de farine Caractéristiques

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum ALGERIE :: Science & High-Tech :: PHOTOGRAPHIE-
Sauter vers: